Objectif beurre-crème

En décembre 2013 est enfin arrivé le rendez-vous que nous attendions depuis presque un an chez une allergologue. Après des tests classiques visant à prouver qu’aucune allergie n’était à trouver pour la Miss, on se penche à nouveau sur l’intolérance au lactose.

Elle nous propose une réintroduction très « douce », armés de petites seringues, d’un lait pauvre en lactose. D’abord 1ml par jour, sur une semaine. Puis on augmente chaque semaine d’un millilitre si le corps supporte bien et sinon on repasse au dosage inférieur. Ce type de protocole s’utilise pour d’autres intolérances et même pour des allergies.

Il nous a fallu expliquer et persuader notre fille du bien-fondé. D’autant que le temps passant et les doses augmentant, elle sentait de plus en plus le goût du lait de vache qu’elle n’aime pas. En juin nous sommes arrivés à 25ml de lait pauvre en lactose et en accord avec l’allergologue nous sommes passés à la vitesse supérieure : 50ml de lait pauvre en lactose équivalents à 5 grammes de lactose. L’important étant que le corps soit toujours en contact régulier avec le lactose pour garder la tolérance qu’il a acquise.

La Miss ayant de plus en plus de mal (et de dégoût, on peut le dire) à avaler sa dose quotidienne, j’ai proposé une alternative : intégrer la dose à la nourriture. Nous avons donc essayé plusieurs choses comme la brioche au beurre, le riz au lait pauvre en lactose, les pâtisseries au beurre… certaines recettes ont bien marché, d’autres moins et il est difficile d’anticiper les goûts! Néanmoins pendant ces vacances nous avons intégré le beurre et la crème avec lactose à la cuisine familiale avec plaisir. Et cela élargit considérablement le champ des possibles : le rayon des pâtisseries dans les magasins peut s’enrichir des gâteaux confectionnés avec du beurre, l’achat d’une brioche à la boulangerie (la recette traditionnelle de la brioche comportant du beurre mais pas de lait), la cancoillotte que je ne suis plus obligée de faire maison et je crois que nous n’avons pas encore tout exploré!

Incroyable.

Nous restons vigilants sur les produits transformés, on évite par exemple la poudre de lait car il est quasiment impossible de déterminer quelle quantité subsiste dans le produit final. Quant au lactose brut, on bannit aussi complètement.

Prochain cap : les yaourts qui doivent en théorie contenir 5g de lactose.

Publicités

9 commentaires sur “Objectif beurre-crème

  1. drenka dit :

    Tu veux embaucher mon fils pour lui donner des cours de beurre? dernièrement il veut du beurre SANS pain pour diner \o/

  2. Marmouzets dit :

    Elle va finir comme les miennes à 1litre/jour !

  3. Quelles bonnes nouvelles !!!
    Voir l’horizon nutritionnel qui s’élargit, ça fait drôle hein ?
    Je me suis aperçue que j’étais très, voire trop, attachée à l’éviction…
    Go on les filles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s