28

Il y a dix ans j’avais 18 ans.

En plein bac, l’émancipation en vue…

 

Impossible d’imaginer à l’époque ce que serait ma vie aujourd’hui.

Ce n’est pas ce que je prévoyais…

 

Et pourtant, rien à redire.

 

Des très belles attentions de Monsieur et de la Miss qui m’on émue…

Ma famille et mes amis qui pensent à moi…

La vie est belle!

De mon temps

De mon temps les ados au lycée portant des chaussures à talons étaient des pouffes, la norme étant les Docs Martens et autres Kickers. Quant aux bottes, seuls quelques marginaux osaient porter des bottes de pluie, rien d’autre.

Les tee-shirts Naf-Naf bien larges étaient à la mode et permettaient de camoufler les formes ou leur absence, tout-terrain.

On avait entendu parler des strings mais jamais vus en vrai.

Les garçons portaient le pantalon bien bas sur les fesses. Mais le futal était on ne peut plus large de même que le caleçon dessous. Point de slim.

Il y a dix ans maintenant j’étais en plein Bac Blanc. Que j’ai foiré d’ailleurs. Le Bac Blanc, pas le Bac heureusement!

Aujourd’hui je me sens loin de tout ça. Pas d’adolescent dans notre famille ou entourage alors j’essaie de ne pas juger trop hâtivement en vieille réac parce que je ne sais que trop bien qu’à cet âge-là je me serai mis des claques!

Écharpe revival

Je cherche un maillot de bain au fin fond de la table à langer et pour cause : sous nos latitudes cela fait un moment qu’il n’a pas servi. Seulement demain matin c’est la première séance de piscine de la Miss alors…

On retrouve des habits d’été, des casquettes, des blousons… mais pas le maillot. Tiens une écharpe de portage!

« C’est quoi ça Maman? »

Je lui explique que je la portais dedans quand elle était tout bébé et lui demande si elle veut essayer. Enthousiastes, on s’installe en croisé-enveloppé devant, seule position que je maîtrise.

La Miss sourit béatement une fois installée et pousse de petits cris de joie à intervalles réguliers, le même type de cris qu’elle poussait en me voyant dégainer un sein pour qu’elle tète… Elle nous regarde dans la glace et nous trouve jolies, elle veut aller montrer à Papa.

On descend deux étages plus bas pour retrouver Monsieur et on danse tous les trois dans les bras l’un de l’autre sur fond de « matou revient, toujours vivant…« 

Emotion

Soir, par des températures fortement négatives, nous allons chercher Monsieur au boulot, ayant pitié de le voir rentrer en bus par ce temps…

Ce n’est pas le chemin habituel, nous passons devant l’hôpital de la ville. Je le montre à la Miss et lui explique que c’est l’endroit où on va parfois pour être soigné quand on est malade.

Mais j’ajoute que c’est aussi là qu’elle est née, là qu’elle est sortie de mon ventre.

Tout remonte. La salle, la lumière, la nuit dehors.

Les premiers instants.

Larmes.

Vert

Ce petit carré.

Un peu de verdure coincé entre les voies du chemin de fer, une rue escarpée.

J’y ai passé quelques heures il y a des années, entre deux trains, entre deux vies. Pleurant mon chat décédé brutalement la veille, essayant de me concentrer sur mes cours à réviser.

What if the indifference takes hold of us?
What if the optimists have lied?
What if our binding souls are getting lost?
What if the glimmer of your eyes were to die?

Je suis passée devant aujourd’hui et tout m’est revenu en pleine figure.

Le jour où j’ai présenté Monsieur à mes amis

Ou comment il a réussi à leur donner la plus mauvaise opinion possible…

C’était le tout début de notre relation. Comme on ne fait jamais les choses comme il faut je suis allée habiter direct chez lui puisqu’on ne supportait pas de rester loin de l’autre : il a donc fallu présenter celui qui me retournait les tripes à mes amis proches.

J’avais organisé un repas, avec mes compétences culinaires de l’époque qui devaient se limiter à du hachis parmentier maison : à 19 ans, rétrospectivement je pense que ça aurait pu être pire!

Le repas se passe, c’est pas la grande rigolade. Un peu empruntés, je ne vous fait pas de dessin.

Et là tout bascule : Monsieur leur dit qu’il a des choses à leur montrer sur l’ordi. Tout le monde suit le mouvement, moi itou même si je ne sais pas de quoi il s’agit.

Je ne me souviens plus s’il a commencé par faire écouter de la zic ou autre mais il a lancé un Divx s’appelant VTT. Jusque-là, tout va bien, il est fan de VTT, rien d’étonnant. Sauf que ce VTT-là ne signifiait pas Vélo Tout Terrain mais Vicieuses Tout Terrain…

Je laisse l’imagination libre sur ce chef-d’oeuvre cinématographique au scénario hyper travaillé qui a suivi et dont Monsieur nous a présenté les meilleurs scènes…